Le culte de la productivité : Et si on travaillait moins?

Coucher-de-soleil-fleuve

Aujourd’hui, c’est la plus longue journée de l’année.

Il n’y a pas de meilleur moment pour parler de ce sujet omniprésent qu’est le culte de la productivité (ou de la performance, c’est selon).

Le 21 juin, c’est la journée où on a le droit à la plus longue période d’ensoleillement. C’est peut-être aussi l’occasion parfaite de réaliser qu’on n’a pas encore profiter de la saison estivale…

Soyez rassurés, il n’est pas trop tard.

J’avoue me sentir aussi inspirée par ma dernière lecture : The Weekend Effect: The Life-Changing Benefits of Taking Time Off and Challenging the Cult of Overwork. Avec un titre comme ça, pas le choix de se remettre en question.

Cessons de trop travailler

Depuis février, j’écris tous les matins dans mon Five Minute Journal. Chaque jour, la dernière question est : How could I have made today even better?

Il y a deux mois, je suis restée surprise quand j’ai compté le nombre de fois où j’avais écrit quelque chose qui ressemblait à : travailler moins, prendre plus de temps pour relaxer, avoir un horaire plus équilibré (ou toutes autres phrases connexes).

Quand on finit par écrire la même chose tous les jours, on se dit qu’il serait peut-être temps d’agir. Alors, j’ai décidé de couper. Et puis pas mal à part de ça.

Avec le recul, je réalise que l’été que j’avais planifié n’était pas viable pour deux sous (bonjour les objectifs irréalistes) et que j’aurai crié à l’épuisement en quelques semaines.

J’ai donc décidé que s’en était assez avec le stress inutile et le sentiment « d’overwhelming » constant. Je voulais que mon travail m’apporte le même équilibre que celui du modèle MONEY FLOW JOY, si bien expliqué dans le livre Born for This: How to Find the Work You Were Meant to Do de Chris Guillebeau.

JOY

De ce fait, j’ai arrêté de travailler pour 3 compagnies qui avaient l’habitude de m’engager. J’ai voulu réellement mettre en application son concept en concentrant mes énergies sur ce qui me faisait vraiment plaisir (JOY), qui m’apportait suffisamment d’argent (MONEY) ainsi qu’un sentiment d’accomplissement du travail bien fait (FLOW).

Est-ce que j’ai gagné la « career lottery » ? Peut-être pas encore, mais je m’y approche!

Travailler moins pour atteindre l’équilibre

Ça fait quelques années que je veux trouver un équilibre entre tous mes projets, objectifs et idées. J’en ai même parlé au mois d’octobre dernier quand j’ai soufflé mes 30 chandelles.

J’ai finalement réalisé que la clé pour atteindre tous mes objectifs était de travailler moins. En réduisant mes heures, j’ai retrouvé le temps (et l’énergie) pour m’entraîner, cuisiner, voir plus souvent mes amis, ma famille et mon amoureux. J’ai même commencé un nouveau scrapbook, c’est pour dire!

S’amuser quatre saisons par année

Je me suis aussi dégagée du temps pour me consacrer à mes projets personnels. Parce que oui, le temps est une variable essentielle pour avancer vers nos plus grands objectifs.

Peut-être avez-vous vu passer le lancement imminent d’un projet que je caresse depuis un moment…?

MTL-ON-THE-GO-CARTES

Ça s’appelle Montréal on the Go. Même si les doutes continuent de parsemer le chemin et qu’il m’est difficile de me lancer pour de vrai, mon objectif est de rassembler une belle communauté de voyageurs du quotidien afin de profiter pleinement de Montréal au rythme de ses activités.

Parce que oui, je crois fermement que la vie ne résume pas qu’au travail et qu’il est important de sortir de son quotidien pour vivre ce qui fait souvent les moments les plus mémorables : des nouvelles expériences et des rencontres humaines.

À très bientôt!

Kim

1 comment

  1. Renée legault

    Hyper……e cool xxxxx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 − douze =