Dépasser l’horizon : l’histoire inspirante de Mylène Paquette

Dépasser-l'Horizon_-Mylène-Paquette

Mylène Paquette et moi.

Au printemps dernier, je suis tombée à la librairie sur le livre de Mylène Paquette. En quête d’aventure après un retour imprévu à Montréal, j’ai acheté son livre.

Mylène et moi, on ne se connait pas, mais on a une petite chose en commun. En fait, en 2013, quand j’ai annoncé que je quittais tout pour partir seule en Inde, Mylène venait de partir pour sa grande aventure. Celle de traverser seule, à la rame, l’océan Atlantique.

C’était la consolation de mes parents. J’avais bien beau partir seule en Inde, au moins, je n’allais pas traverser l’Atlantique à la rame! Comme on dit, quand on se compare on se console.

Je connaissais un peu son histoire, mais je n’avais aucune idée du parcours de cette femme et de tout ce qu’elle avait dû faire pour se rendre là.

Le rêve de Mylène Paquette

Ce qu’il faut savoir, c’est que Mylène n’a pas commencé à ramer lorsqu’elle était très jeune et elle n’avait pas des parents aventuriers. Non, c’est à 30 ans, alors qu’elle était préposée aux bénéficiaires à l’Hôpital Sainte-Justine que cette idée a commencé à germer dans sa tête.

Je répète. Elle a commencé à rêver à cette aventure sans avoir JAMAIS ramé de sa vie. Quand on dit qu’il n’est jamais trop tard pour commencer quelque chose.

J’ai lu ce récit avec un grand intérêt. J’ai versé des larmes à plusieurs reprises. Parce que peu importe son rêve, on passe tous un peu par la même gamme d’émotions.

Au son des cornes de brume des bateaux qui me souhaitent bon voyage, je me dégage du quai. Tellement je souris, j’en ai mal aux lèvres, aux joues. Lentement, non sans embarras, je donne mes premiers coups de rame.

Je suis aux premières loges de mon rêve. Enfin, je touche à l’instant qui m’envahit de sensations. J’ai la tête pleine de papillons. Je sens que la mer est mienne et que l’avenir m’appartient, droit devant.

Peu importe notre rêve, on fait des rencontres qui changent nos vies à jamais. Des gens arrivent dans notre vie au moment où l’on en avait le plus besoin et nous apportent les éléments nécessaires pour continuer.

Réaliser un rêve fou

Le livre m’a surtout confirmé que pour réaliser ses rêves, il faut sortir de sa zone de confort. Il faut oser faire des choses que l’on n’a jamais fait. Il est nécessaire de s’entourer de personnes qui nous soutiennent aussi.

L’histoire de cette femme m’a aussi confirmé qu’il faut persévérer parce que les obstacles et le dépassement de soi ne sont pas toujours choses faciles. Je me souviens très bien des moments où je lisais son livre et que je me disais « Oulala. Il fallait vraiment être déterminée pour ne pas tout abandonner. »

Endettée, sans emploi, Mylène a tout vu. Elle avait un rêve qui coûtait cher, qui demandait énormément de temps et malgré tout, elle l’a fait. Tout ça, sans parler de son périple sur l’eau. Croyez-moi, ce ne fut pas de tout repos non plus!

Il ne va sans dire que j’éprouve une grande admiration pour elle. À sa force intérieure, à son désir d’aventure et de dépassement de soi. En ayant réalisé un rêve complètement irrationnel de prime abord, sa quête nous rappelle que tout est possible.

Assistez à la conférence de Mylène Paquette

Mylène-Paquette_Facebook_Event

Si vous êtes curieux d’en connaître plus sur l’aventure de Mylène Paquette et de sa traversée, je vous invite à venir à la Soirée Voyage que j’organise le vendredi 4 mars prochain. Profitez du tarif de groupe pour aller voir cette femme incroyable qui m’inspire quotidiennement.

 Envoyez-moi un courriel pour réserver votre place!


 

Si vous considérez achetez ce livre, je vous invite à le commander via Amazon en suivant les liens dans cet article. Utiliser le lien ne vous coûtera pas plus cher que de l’acheter dans votre librairie préférée, et il permet de gagner une petite commission (4%) afin de réduire les coûts de fonctionnement de ce site. Écrivez-moi si vous avez des questions. Merci!

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sept − un =