Pourquoi je blogue? (et que vous n’êtes pas obligé de lire cet article)

DSC_0025

À la base, j’ai commencé mon blogue à l’été 2012 simplement pour que mes parents aient des nouvelles de moi quand je partais en voyage seule. Aussi pour garder un souvenir de ce que j’avais fait, ce que j’avais vu.

Dans les derniers mois, je me suis posé beaucoup de questions concernant mon blogue. La blogosphère est rempli d’exemples de succès, de gens qui vivent de ça (il y en a beaucoup qui n’en vivent pas aussi!), est-ce que j’ai envie de me lancer là-dedans? Qu’est-ce que je veux vraiment faire avec ce projet? Qu’est-ce que ça m’apporte? Bref, de grandes petites questions comme j’ai souvent l’habitude de me poser.

Une démarche égocentrique ou une question de partage?

J’étais mélangée. J’avais peur que ce soit très égocentrique comme démarche. Je ne voulais pas taper sur les nerfs des gens. Mon sentiment a été amplifié lorsque j’ai lu quelque part que 98% des publications sur Facebook était par rapport à soi. Est-ce que j’ai envie de participer à ça? À cette bulle d’individualisme, de téléphones intelligents au restaurant et d’inondation d’informations live 24/24.

De mon côté, je lis assez souvent des articles de blogue. Certains me font réfléchir, d’autres m’inspirent, me font rire, m’apprennent des choses. Au fil de mes réflexions, j’ai réalisé que bloguer, c’est avant tout partager. D’une certaine manière, c’est peut-être même tout le contraire d’être égocentrique.

Pour Seth Godin, homme prolifique du milieu du marketing, qui publie tous les jours un billet sur son blogue et plusieurs livres par année, l’Art ou la création n’existe que lorsqu’elle est grandement partagée. Mais qu’est-ce qui vaut la peine d’être partagé et comment bien le faire?

Too much information

Quand je suis revenue d’Asie, beaucoup de gens me disaient qu’ils n’avaient pas tout suivi sur mon blogue. J’avais l’impression qu’ils se sentaient presque mal. À chaque fois, je répondais que ce n’était vraiment pas grave. Dans aucun cas, ils étaient obligés de lire mon blogue parce qu’ils me connaissent.

C’est vrai qu’avec les nouvelles technologies, on est envahis d’informations, de trucs à lire, de nouvelles tendances à connaître. Je n’ai surtout pas la prétention de penser que ce que j’écris est plus important que tout le reste. Mettons une chose au claire, je ne serai pas fâchée si vous ne me lisez pas. Promis. Au final, je pense que l’important c’est juste de choisir de lire ce qui résonne en nous.

La « stratégie » derrière Kim on the go

C’est simple. Pour l’instant, il n’y en a aucune. Ce que je sais, c’est que je n’ai pas envie d’être une blogueuse voyage au sens traditionnel du terme. De trouver des sponsors, d’avoir des voyages payés pour écrire des articles en y insérant des liens. Et ce, même si je suis une grande lectrice de blogues voyages et que beaucoup d’entre eux m’inspirent énormément!

C’est autre chose qui m’allume. Il y a trois semaines lorsque j’ai retrouvé mon blogue en publiant mon article sur mes aventures berlinoises, j’ai aussi retrouvé le bonheur d’écrire et de publier. Ça me fait un bien terrible de m’arrêter (chose qu’on ne fait pas assez souvent) et de penser à la semaine qui vient de passer. D’être à l’écoute de moi et de voir qu’est-ce que mon coeur a envie de raconter cette semaine.

Parce que oui, j’ai envie que Kim on the go ce soit une histoire de coeur. Une histoire de passion. Une histoire de rêves. Pas juste de voyages. Et si ça peut faire réfléchir des gens ou les inspirer à prendre des actions pour réaliser leurs petites et grandes ambitions, l’objectif sera atteint.

Et si vous vous êtes rendu jusqu’à la fin de ce billet, oui, il se peut que Kim on the go prenne un nouvel angle, s’ajuste au fil des prochains mois, test de choses, et peut-être qu’un jour (pas tout de suite) je vous demanderai de partager la nouvelle pour que moi aussi je puisse essayer d’en faire une carrière… qui sait!

15 comments

  1. Renée Legault

    La vie est un éternelle changement, . Si il faut s’ajuster ne jamais hésiter, sinon on perd de précieuses minutes. …mais le blogue pendant le voyage en Asie m’a fait rêver pendant mon hiver québécois.

    1. Kim Fontaine

      Tu as bien raison! xxx

  2. natkesslersp

    inspirée et inspirante mon amie!
    luv u xx

    1. Kim Fontaine

      Luv u too ma belle amie 🙂 xxxx
      Pis merci pour les bons mots sur mon nouveau site!

  3. natkesslersp

    D’ailleurs, je ne te l’ai pas dit, mais j’aime beaucoup le nouveau design de ton blogue!

  4. Natacha

    Salut Kim!

    Te souviens-tu de moi? 😉
    Depuis ton départ pour l’Asie, je lis ton blogue avec intérêt (celui de Chris Guilbeault aussi d’ailleurs) et c’est très inspirant. Je me questionne souvent à propos de mon « plan » de vie et c’est toujours un peu rassurant de savoir que je ne suis pas seule dans cette situation. Le changement que tu as décidé de faire dans ta vie … eh bien, je ne peux m’empêcher d’en parler! Trop de gens suivent la norme et n’y sont pas heureux, mais les jeunes à qui j’enseigne ne savent pas qu’il y a d’autres possibilités, alors parfois, je leur parle de toi. Leurs yeux s’illuminent! Merci d’être un exemple de « The Art of non-conformity »! Xxxx

    1. Kim Fontaine

      Ben oui que je me souviens de toi!

      Ça me touche beaucoup ce que tu me dis! D’avoir ton regard extérieur, ça m’aide aussi à réaliser ce que je suis entrain de faire. Des fois, je pense que je l’oublie.

      Tu me fais aussi réaliser que c’est tellement vrai qu’on ne sait pas qu’il y a d’autres possibilités…! C’est cool que tu y remédies en leur en parlant!

      xxx

  5. Nathalie

    Toujours aussi inspirante querida! Go girl:)!

    1. Kim Fontaine

      🙂

  6. Marie-Pier

    Je pense qu’effectivement écrire un blogue c’est vouloir parler de soi. C’est pas nécessairement péjoratif. Je pense que ça révèle un désir de communiquer, c’est-à-dire une envie d’entrer en relation avec les autres et dans ton cas un désir de parler de ce qui te passionne. Je crois aussi que tenir un blogue c’est aussi très audacieux parce que tu vois j’écris moi aussi mais dans un journal que personne voit alors écrire-public c’est se dévoiler et de ce point de vue là c’est courageux. Aussi, voyager a toujours rimé avec le témoignage, tu n’as qu’à penser aux récits des premiers découvreurs, voyager va de pair avec l’envie de laisser une trace. Le blogue c’est la plateforme idéale pour le récit de voyage moderne. Et dans ton cas, une grande communicatrice une grande fille sociable, voyager ne peut pas signifier s’isoler et s’éloigner des siens, le blogue permet un rapprochement, c’est une façon de maintenir le lien. Alors je ne me tiendrai pas trop loin de ton blogue ma chère!

    1. Kim Fontaine

      Quelle analyse! Tu as complètement raison. Ça rejoint un peu ton sujet de maîtrise en littérature… non? Bref, j’adore ton commentaire, c’est rempli de vérité et ça me fait mettre des mots sur ce que je ressens! Merci! xxxx

  7. Marie-Pier

    J’espère que tu ne me rappelles pas mon mémoire (souvenir lointain et obscur) parce que j’ai l’air de la fille qui se pète les bretelles! Non non, le sujet de ton article m’intéresse simplement. Mais c’est vrai que ton expérience globale rejoint mon sujet de maîtrise qui était de concevoir l’individu comme un être pluriel.

    1. Kim Fontaine

      Non, non, aucunement! C’est simplement la profondeur/sensibilité de ce que tu as écrit qui m’a rappelé que c’est un domaine que tu connais bien! Voilà tout!

  8. Carole

    J’aime beaucoup te lire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × cinq =